Cobru 1944

Des civils victimes d’un bombardement allié.

 

Dans la soirée du 24 décembre 1944, seize personnes se réfugient chez M Nicolas- Joseph Bergh. M. Bergh reste au rez-de-chaussée,

son fils Edouard dort à l’étage. La famille Rosière, la maman et ses cinq enfants, la maman Genon et ses quatre enfants, Anna Henquinet, son fils et madame Stévenart-Léonard, toutes ces personnes trouvent place dans la cave de M Bergh. Cette maison plus solide comportait déjà des hourdis en béton ce qui faisait d’elle un abri plus sûr. Les vitres de cette maison ayant toutes été brisées, les fenêtres étaient obturées par de vieilles couvertures trouées. Un quinquet était accroché au mur.

 

Certains songent sans doute à ce qui devrait être le premier réveillon de la liberté, un réveillon auquel ils rêvent depuis longtemps. Dans la maison voisine, Irma Copine récite le chapelet auquel répondent une vingtaine de voix.

 

On approche de minuit et un bruit d’avions déchire le ciel. Soudain on entend un sifflement aigu. Presque aussitôt, deux explosions secouent le village. Une des bombes atteint la maison Bergh. Il s’agit d’une bombe au phosphore. On imagine à ce moment les cris des enfants et ceux des mères affolées cherchant leurs proches. On imagine aussi ceux des blessés.

 

Arhur Bozet se hasarde le premier suivi de MM. Galderoux et Paligot. Sous les blocs de béton s’entremêlent des corps inertes. Six victimes sont à déplorer. Les dix autres personnes sont transférées dans la maison Bozet juste en face. Les sauveteurs tentent tant bien que mal d’éteindre les flammes.

 

Certains affirment que l’avion américain avait repéré les lueurs du quinquet au travers des fenêtres mal occultées.

 

Les blessés attendront trois semaines avant de recevoir de véritables soins avec pour seule nourriture une tasse de lait et une tartine par jour. Ils furent évacués par une ambulance militaire américaine vers un hôpital à Arlon où ils recevront les soins nécessaires.

 

 

Les victimes sont :

 

Nicolas-Joseph Bergh.

Edouard Bergh.

Anna Henquinet-Cammaert.

Maurice Cammaert.

Marie-Philomène Léonard épouse Stévenart.

Fernande Genon.

 

G.S.