Les ratons laveurs s'installent autour du village de Noville.

De nombreux novillois savent situer les étangs Lutgen. En bordure du chemin de remembrement Noville-Michamps. A environ 1.500 mètres du village de Noville.

Au mois de mars, j'avais trouvé un raton laveur mort dans la prairie en bordure du chemin de remembrement dans la zone des étangs. Pour en avoir filmé un en forêt d'Anlier, je suis certain qu'il s'agissait d'un raton laveur. En 2016, entre Foy et Bastogne je m'étais arrêté à hauteur d'un animal tué par une voiture. J'avais un doute. Est-ce un blaireau ou un autre animal ? C'était déjà un raton laveur. Ce matin, dans la prairie entre les étangs Lutgen et le chemin de remembrement j'aperçois un animal qui se blottit dans les hautes herbes. Sans doute un lièvre. C'est dans leurs habitudes. Mais j'avais un doute. Le lièvre a le pelage brun, roux. Ici, le pelage est plutôt gris. J'observe. Dommage que je n'avais pas ma caméra. Soudain, l'animal se redresse et pénètre dans les fourrés. J'ai bien observé la queue épaisse du raton laveur. C'est un jeune raton laveur. Il n'est pas venu là tout seul. Dans la zone doivent se trouver ses géniteurs. Un mâle et une femelle raton laveur. La femelle a une seule portée par an. Et de un à trois jeunes. Les ratonneaux peuvent à leur tour se reproduire à l’âge d’un ou deux ans selon le sexe. Ils passent leur premier hiver avec leur mère et ne se dispersent qu’au début de l’été suivant.

On peut trouver l’animal dans les greniers, les égouts et les cheminées auxquels il accède grâce à ses griffes qui lui permettent de grimper facilement à plusieurs mètres du sol. Chaque gîte abrite entre un et cinq individus (jusqu’à 23 dans le Minnesota). Il fréquente plusieurs abris en dehors de l’hiver.

Entre l'étang Lutgen et la première maison de Noville, je connais deux terriers qui doivent être habités par des renards ainsi que deux entrées de tuyaux. Et visiblement ces tuyaux sont habités. Je pensais par des renards mais depuis ce matin, pourquoi pas par des ratons laveurs. Ils sortent la nuit et se terrent durant la journée.

Raymond Baudoin